L’Aigle. Patrice Olivier rend hommage aux Ornais

Jusqu’au 1er novembre, à travers six lieux du centre-ville, Patrice Olivier, photographe originaire d’Essay, honore artisans et producteurs ornais en 25 portraits.

Jusqu’au 1er novembre, 25 portraits d’Ornais, artisans et producteurs locaux, sont exposés en centre-ville.

Patrice Olivier expose 25 portraits dans le centre-ville. Cet événement est proposé jusqu’au dimanche 1er novembre par Charlène Renard, adjointe à la culture, et par Myriam Legendre, responsable du service culturel de L’Aigle.

Patrice Olivier est éducateur à l’Itep de L’Aigle et la photographie est sa passion depuis plus de trente ans. Il a publié près de onze livres et son premier ouvrage, sorti en 2006, fut consacré aux fourmis des bois.

Six lieux emblématiques ont été retenus pour présenter les 25 panneaux présentant des artisans d’art et des producteurs locaux : devant la mairie, au jardin du Boulingrin, au jardin public, dans le chemin face à l’école Mazeline, devant la Maison des ados et au square près des platanes tricentenaires.

Des portraits en mouvement

Il s’agit, à travers cette exposition, de présenter aux habitants et aux touristes de passage une galerie des métiers et des savoir-faire incarnés par deux spécificités indispensables : les artisans et les producteurs locaux installés dans l’Orne.

L’originalité de la démarche de Patrice Olivier consiste à privilégier l’humain plutôt que d’inventorier des objets façonnés ou des aliments commercialisés en grandes surfaces. On retrouve des gens plus ou moins connus, à travers leurs métiers, comme Denis Allo, facteur d’instruments à vent à Bellême ; Serge Breton, brasseur à Mahéru ; Jean-Baptiste Gagez, ébéniste à L’Aigle ; Michèle Lebrun, productrice de viande de cerf à Fay ; Franck Liégeas, couvreur spécialisé dans les clochers à Saint-Nicolas-de-Sommaire ; Pierre Dupont, ferronnier d’art à Soligny-la-Trappe ; Jean Larrivière, meunier et boulanger à Bivilliers ; Laurent Fontaine, briquetier à Tourouvre ; Anne Élisabeth Gillot, relieuse, restauratrice de livres à Mahéru ou encore Camille Borocco, ostéopathe animalière mécaniste au Pin-la-Garenne.

Des portraits en mouvement, regards face à l’objectif, des plans larges et en nuances en noir et blanc. Par ses choix esthétiques, Patrice Olivier révèle cette unité de valeur qui relie chaque rencontre. Entre les mains de ces hommes et femmes ornais se fabriquent des objets qui servent, s’usent, se réparent. Entre ces mains sont élaborés des aliments sains, des produits de notre terroir, nécessaires à la survie du corps humain.

« C’est la seconde année que nous présentons une exposition estivale en plein air qui met en avant des artisans et producteurs locaux, une mise en avant du Pays d’Ouche, du Perche, de l’Orne », explique Charlène Renard.